Actualités

Blogue

16 août 2010

Sherbrooke dans la course pour obtenir un nouveau centre de transfert de technologie axé sur le développement durable

Auteur : Sherbrooke Innopole

Le Cégep de Sherbrooke est dans la course pour obtenir un deuxième centre collégial de transfert de technologie. La directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger, s’est empressée de répondre à l’appel de projets lancé par le ministère de l’Éducation pour ouvrir 4 nouveaux centres au Québec. Comme elle le fait remarquer, certaines institutions collégiales possèdent déjà 2 ou 3 centres. Ces centres, affiliés à des institutions collégiales, exercent des activités de recherche appliquée dans des domaines particuliers.

Le Cégep de Sherbrooke possède déjà un centre de transfert technologique, le Centre de productique intégrée du Québec (CPIQ), qui permet aux entreprises sherbrookoises de trouver des solutions technologiques pour la production manufacturière. Les entreprises de Fabrication de pointe ont souvent recours aux services du CPIQ pour relever des défis industriels et continuer d’innover

Le développement durable à l’honneur, encore une fois!

Si le projet d’un deuxième centre est réalisé, la recherche sera axée sur le développement durable, plus spécifiquement sur la bioefficience. En effet, Sherbrooke est une des villes du Québec qui se démarque le plus en matière de développement durable (voir à ce sujet l’article Sherbrooke arrive 3e au classement de 25 villes québécoises sur le développement durable). Le centre, qui s’appellerait le «centre de transfert étudiant chercheur en bioefficience Transvert», permettrait de développer ou d’adapter des procédés et des produits :

  • qui permettent d’utiliser la lumière de manière efficiente;
  • qui permettent de réduire l’impact environnemental de la lumière intrusive et des aérosols.

Les services du centre pourraient s’adresser autant aux municipalités qu’à diverses institutions. Parions que la collaboration entre le futur centre et des entités déjà présentes, comme l’Observatoire de développement durable de l’Université de Sherbrooke et le CARTEL (Centre d’applications et de recherches en télédétection), notamment, contribueront à faire de Sherbrooke un chef de file dans le domaine des Technologies propres et développement durable au Québec!

Lire l’article de Isabelle Pion tel que publié dans La Tribune.

Retour au blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trier les articles
Nouvelles
Nouvelles
+
Événements
Événements

Conférence | Santé et sécurité au travail : Stratégies gagnantes pour une SST modernisée et adaptée aux nouvelles réalités du monde du travail

Voir l'événement

Discussion | Net Zéro: le Canada est-il en voie d’atteindre les cibles GES de 2030?

Voir l'événement
+
Twitter
Twitter