Actualités

Blogue

16 janvier 2013

Le 3IT en vedette au déjeuner du GATE!

Auteur : Sherbrooke Innopole

Le 3IT, nous en entendons de plus en plus parler. Mais que se passe-t-il vraiment dans ce centre où l’innovation – à grande comme à petite échelle – est reine? Et d’ailleurs, que veut dire «3IT»?

Quoi de mieux qu’un déjeuner du GATE sur place pour connaître les services et découvrir les projets en développement à l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique de l’Université de Sherbrooke!

René Gendron, directeur général de la Maison régionale de l’industrie, Jacques Vidal, directeur stratégie et innovation et directeur adjoint chez Sherbrooke Innopole, Dolorès Martinez, directrice des affaires scientifiques à NanoQuébec, Alan Renaudin, professionnel de recherche au 3IT, François Michaud, directeur du 3IT, et Jacques Beauvais, vice-recteur à la recherche à l’Université de Sherbrooke.
René Gendron, directeur général de la Maison régionale de l’industrie, Jacques Vidal, directeur stratégie et innovation et directeur adjoint chez Sherbrooke Innopole, Dolorès Martinez, directrice des affaires scientifiques à NanoQuébec, Alan Renaudin, professionnel de recherche au 3IT, François Michaud, directeur du 3IT, et Jacques Beauvais, vice-recteur à la recherche à l’Université de Sherbrooke.

C’est ainsi que le 7 décembre 2012, devant plus de 60 participants, François Michaud, professeur-chercheur en robotique et directeur du 3IT, a dressé un portrait complet de l’Institut, Dolorès Martinez, directrice des affaires scientifiques pour NanoQuébec, a expliqué le mandat de NanoQuébec et l’initiative iNano, et Alan Renaudin, professionnel de recherche, a exposé qu’avec les recherches effectuées au 3IT il a pu se lancer en affaires.

» À LIRE AUSSI : Une visite au cœur du 3IT

Le 3IT et l’incubation technologique : de nouvelles opportunités

Vous êtes à la recherche d’une nouvelle technologie pour positionner avantageusement votre entreprise dans des marchés en émergence, de ressources pour mitiger les risques d’une nouvelle technologie, ou encore d’une infrastructure pour démarrer une nouvelle entreprise? Voilà quelques-unes des possibilités de collaboration université-entreprise qu’offre l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique.

« La mission du 3IT est d’être une infrastructure d’innovation scientifique et de maturation technologique en soutenant le travail collaboratif de chercheurs universitaires et de membres industriels », souligne son directeur, François Michaud.

Et les opportunités offertes via le 3IT sont nombreuses… et nouvelles :

  • Accès à des sources de financement de la recherche universitaire en partenariat avec l’industrie
  • Création d’équipes interdisciplinaires de recherche
  • Précision des besoins à satisfaire ainsi que les sources d’innovation en fonction des capacités technologiques à la fine pointe
  • Accueil des partenaires dans son nouveau pavillon du Parc Innovation de l’Université de Sherbrooke afin qu’ils puissent utiliser les infrastructures et travailler avec les étudiants

35 chercheurs provenant de 6 facultés de l’Université de Sherbrooke, 29 professionnels de recherche, 13 techniciens et quelque 300 étudiants : voilà la force innovante du 3IT, et dont l’industrie peut bénéficier. Avec des services de caractérisation, de fabrication, de conception et d’évaluation, le 3IT souhaite ainsi être un partenaire dans la chaîne d’innovation.

Les projets développés au 3IT visent des applications dans plusieurs sphères : les transports, la santé, les télécommunications, l’habitation intelligente, l’environnement, l’énergie et l’aérospatiale.

Pour la petite histoire, l’idée d’implanter en Estrie un institut interdisciplinaire a vu le jour en 2002. Lors du démarrage, le nom du projet était le Centre d’excellence en génie d’information (CEGI), par la suite rebaptisé Institut interdisciplinaire d’innovation technologique. Le 3IT a inauguré son nouveau pavillon en juillet 2012.

Les nanotechnologies au service du développement économique

Les applications des nanotechnologies sont nombreuses… et utiles : béton ou vaccin plus performant, composite plus résistant et plus léger, microsystèmes pour téléphone intelligent, capteur pour la pollution de l’eau, papier de sécurité, et plus!

La mission de NanoQuébec est justement d’appuyer l’innovation en nanotechnologie en vue d’accroître le développement économique du Québec. Et pour ce faire, l’organisation propose deux initiatives afin de répondre aux enjeux de financement et d’infrastructure : iNano et Infrastructure québécoise en nanotechnologie (IQN).

iNano,  explique Dolorès Martinez, directrice des affaires scientifiques chez NanoQuébec, c’est une plateforme d’innovation ouverte où des défis industriels sont soumis à la communauté de recherche, qui proposent ensuite des solutions. Ultimement, des projets collaboratifs naissent et ont accès à du financement pour mener à terme la solution technologique.

Dans sa phase pilote – de mars à septembre 2012 –, iNano a généré 27 projets à la suite des 150 solutions proposées aux 58 défis industriels soumis, à 80 % par des PME. Montant total du financement accordé : plus de 7 millions de dollars!

Dans sa deuxième phase, dès le début de 2013, iNano vise à devenir une plateforme de référence pour les collaborations R&D. Une nouvelle série de défis industriels sera d’ailleurs bientôt dévoilée.

IQN vise pour sa part à faire connaître et à faciliter l’accès à l’excellent parc d’équipements pour R&D que possède le Québec. Le réseau rassembleainsi l’expertise humaine et technique du réseau universitaire québécois dédiée aux nanotechnologies : 11 laboratoires, plus de 300 M$ en équipement, plus de 170 personnes hautement qualifiées.

La collaboration entre l’industrie et le 3IT

En plus d’offrir un lieu de collaboration privilégié université-industrie, le 3IT voit aussi naître des entreprises entre ses murs. Comme Plasmasonic Inc., dans laquelle participe Alan Renaudin. L’entreprise a développé un laboratoire sur puce capable d’analyser la présence potentielle de pathogènes dans le sang.

C’est au 3IT que l’entrepreneur et chercheur a mené le projet, de l’idée jusqu’à la commercialisation avec du financement à chaque étape.

Encore aujourd’hui, Alan Renaudin et son équipe de recherche continuent de perfectionner la technologie.

Ne manquez pas le prochain déjeuner du GATE : 1er février 2013!

» Accéder aux présentations PowerPoint des conférenciers

» Visionner les photos du déjeuner

Retour au blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trier les articles
Nouvelles
Nouvelles
+
Événements
Événements

Conférence | Santé et sécurité au travail : Stratégies gagnantes pour une SST modernisée et adaptée aux nouvelles réalités du monde du travail

Voir l'événement

Discussion | Net Zéro: le Canada est-il en voie d’atteindre les cibles GES de 2030?

Voir l'événement
+
Twitter
Twitter