Actualités

Blogue

Myriam Bélisle

30 octobre 2015

L’Afrique du Sud, verdoyante d’opportunités dans le secteur énergétique

Auteur : Myriam Bélisle

30 % d’énergie renouvelable et propre d’ici 2025 : c’est l’objectif audacieux que l’Afrique du Sud vient de se fixer! Nul doute : les Sud-Africains veulent se positionner en leaders du développement durable africain et souhaitent inspirer le reste du continent à suivre cette voie.

J’ai pu constater de visu cette effervescence « verte » lors d’une récente mission à Cape Town (Le Cap) avec l’entreprise sherbrookoise Lekla, à l’invitation de l’organisme gouvernemental de développement économique GreenCape et Écotech Québec. Je vous partage mes découvertes et impressions en deux temps avec cette semaine, un focus sur le marché gigantesque que représente le continent africain pour les technologies propres, et la semaine prochaine, je vous emmène à la découverte d’incubateurs sud-africains hyper-dynamiques.

——

SAIREC 2015Du 4 au 7 octobre 2015, nous avons rejoint 3500 délégués provenant de plus de 82 pays à la conférence internationale sur l’énergie renouvelable (SAIREC). Le message principal véhiculé était clair : l’intégration de l’énergie renouvelable et de l’efficacité énergétique est un élément critique et essentiel pour la lutte aux changements climatiques, la croissance économique et surtout, l’augmentation du niveau de vie des communautés sud-africaines et du monde entier.

L’événement s’est avéré une chance unique pour l’entreprise Lekla de mieux comprendre le marché africain de l’énergie et surtout de faire plusieurs rencontres d’affaires intéressantes. Celles-ci ont confirmé le potentiel de sa station d’énergie solaire PIVO comme solution idéale à impact social positif pour les communautés se trouvant hors du réseau électrique en Afrique. De mon côté, j’ai établi de nombreux contacts sectoriels et appris sur les rouages du marché africain.

Avec près d’un milliard d’habitants et une croissance économique moyenne de 5 % par an sur les dix dernières années, le continent africain représente un marché foisonnant d’opportunités pour les technologies propres. L’Afrique du Sud, davantage industrialisée et développée que d’autres régions, offre un environnement propice au développement de ce créneau et le milieu d’affaires du Cap est exceptionnel pour les entreprises qui cherchent à pénétrer le marché africain.

La clé du succès de tout projet en Afrique du Sud? Intégrer des mesures pour le développement socio-économique local au sein même de votre projet : partenariats, création d’emplois, formation, etc. Vous vous devez de mettre l’aspect socio-économique au premier plan de votre stratégie de pénétration de marché et surtout, pour avoir accès aux subventions et incitatifs financiers disponibles.

Différents moyens peuvent être utilisés pour développer efficacement le marché sud-africain:

  • Concession de licences pour la fabrication manufacturière de la technologie sur place;
  • Développement d’un réseau de distribution par un agent local;
  • Co-création d’entreprises au travers d’un programme d’incubation d’entreprise;
  • Programmes de formation et démonstration sur l’utilisation d’une technologie (ex. programme SOLtrain).

Le gouvernement sud-africain a mis en place des mesures avantageuses pour encourager les investisseurs étrangers à faire affaire dans le pays incluant des règles fiscales simples, des politiques de réglementation en matière de compétition et de propriété intellectuelle et des programmes de  subvention en faveur de l’investissement étranger ou spécifiques aux projets d’économie verte tel que Greenfund.

Le développement durable: une solution, plutôt qu’une option

Actuellement, l’électricité en Afrique du Sud est produite à 74 % par des stations d’énergie thermique carburant principalement au charbon et monopolisées par la compagnie d’État Eskom et certains facteurs limitent le développement de l’énergie renouvelable sur le territoire : financement, gouvernance, cohérence règlementaire et légale, difficulté à construire des réseaux électriques régionaux assez grands pour attirer des investissements étrangers…

Cependant, l’Afrique du Sud s’est assurée de démontrer au monde entier sa volonté de participer activement à la création d’un futur plus vert : elle s’est dotée d’un plan d’action et d’une stratégie régionale sur l’énergie (RESAP).

Énergie solaire Afrique du Sud

Depuis 2011, le pays s’est aussi doté d’un programme compétitif d’appel d’offres pour les projets de grande envergure (REIPPPP) cherchant à développer des centrales d’énergie solaire et éolienne pouvant s’intégrer au réseau et faire baisser les coûts de l’énergie. Au travers de ses quatre rondes d’appels d’offres complétées, les 92 projets indépendants d’énergie signés avec le gouvernement ont contribué à créer un potentiel de 6327 MW en énergie renouvelable sur son territoire. Des milliards de dollars étrangers ont été ainsi investis dans le pays (principalement allemands, américains, autrichiens et chinois). De plus, chacun de ces projets d’envergure devait répondre à des critères de développement socio-économique exigeants pouvant compter jusqu’à 30 % dans les décisions de sélection de l’appel d’offres.

Pour les Sud-Africains, le développement de l’énergie renouvelable sur leur territoire est perçu comme une opportunité de rehausser leur qualité de vie et leur sécurité et de développer de façon durable leur territoire. Que ce soit au travers la création d’emplois, la formation de la main-d’œuvre ou pour donner accès à l’électricité et à des solutions de chauffage aux communautés, industries et commerces hors réseau, le développement du secteur des technologies propres fait assurément partie des solutions au développement socio-économique du pays.

Ça tombe bien : l’efficacité énergétique, l’énergie solaire et le stockage sont des secteurs forts à Sherbrooke. Les perspectives sont donc prometteuses pour nos entreprises en technologies propres!

Saviez-vous?

  • Depuis les cinq dernières années, l’équivalent de plus de 19,3 milliards $ CAN ont été investis dans des projets d’énergie renouvelable et des initiatives de développement socio-économique des communautés en Afrique du Sud.
  • L’Afrique du Sud a pour objectif d’accroitre sa capacité d’énergie renouvelable pour produire 17800 MW d’ici 2030.
  • L’Afrique du Sud est l’un des trois pays recevant le plus de radiation solaire directe dans le monde, soit plus de 2500 heures d’ensoleillement par année et entre 4,5 à 6,5 kWh/m2 par jour. Le marché pour l’énergie solaire photovoltaïque est en très grande croissance, mais il y a encore plusieurs opportunités pour développer davantage le chauffage solaire au travers des concentrateurs solaires (CSP) et le stockage d’énergie.
  • L’Afrique du Sud offre d’énormes potentiels pour les bioénergies (biogaz, biomasse, biocarburants), mais ce potentiel n’a pas encore été exploité au niveau gouvernemental. Il est prévu qu’un programme d’appels d’offres national similaire à celui pour l’énergie solaire et éolienne soit mis en place pour les bioénergies au cours des prochaines années.

La semaine prochaine, je vous emmène sur les traces de deux incubateurs d’entreprises sud-africains et d’un centre de développement économique local que j’ai découverts durant ma mission et que vous devez connaitre si le marché de l’Afrique du Sud vous intéresse.

Le marché sud-africain vous intéresse? Contactez-moi :
Myriam Bélisle, MBA
Conseillère en technologies propres, Sherbrooke Innopole
mbelisle@sherbrooke-innopole.com
819 821-5577

Sources :

Retour au blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trier les articles
Nouvelles
Nouvelles
+
Événements
Événements
+
Twitter
Twitter