Actualités

Blogue

6 février 2012

Cette semaine je visite… Le Centre de recherche et de développement sur le bovin laitier et le porc!

Auteur : Josée Blanchard

Moi-même vêtue de mes plus beaux atours pour la visite de la ferme laitière du centre.

Ma collègue, Nathalie Prince, directrice de la filière industrie manufacturière et fabrication de pointe, et moi-même avons été chaleureusement reçues par Mme Pauline Bilodeau, agente de transfert technologique, par M. Jacques Surprenant, directeur scientifique ainsi que par M. Alain Giguère, directeur de recherche  au Centre de recherche et de développement sur le bovin laitier et le porc (CRDBLP) de Sherbrooke.

100 ans d’existence à Sherbrooke!

Il y a 19 centres de recherche dans le réseau d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, dont quatre au Québec. Le CRDBLP a été fondé en 1914; il fêtera donc ses 100 ans très bientôt!

Le CRDBLP compte environ 23 chercheurs, 90 étudiants et stagiaires de divers programmes qui viennent de partout dans le monde pour parfaire leur apprentissage. Afin de mener à bien l’ensemble de ses activités de recherche, il s’appuie sur l’expertise de 140 employés permanents. Le centre a connu d’importantes rénovations au cours des dernières années, dont la construction d’un tout nouveau complexe laitier d’une valeur de près de 12 M$ en 2010.

À l’époque, le CRDBLP avait été fondé dans le but de  promouvoir les bonnes pratiques agricoles. Aujourd’hui, sa mission est de fournir aux producteurs laitiers et porcins les innovations technologiques et le savoir-faire leur permettant une production rentable de lait et de viande de qualité dans le respect de la santé et du bien-être des animaux avec une empreinte environnementale nulle. Par exemple, des spécialistes en nutrition travaillent à élaborer des rations alimentaires pour les vaches qui augmenteront leur production de lait, tout en diminuant leur production de gaz à effet de serre et leurs déchets azotés. On y recherche aussi des alternatives aux antibiotiques, comme les probiotiques et les huiles essentielles.

Tout comme à l’Université de Sherbrooke, les collaborations avec d’autres universités y sont importantes, même à l’international. En fait, 90 % des projets de recherches réalisés au CRDBLP se font en collaboration avec des associations de  producteurs ou des intervenants de l’industrie  en vue d’un transfert technologique. C’est-à-dire que les projets de recherche sont majoritairement orientés vers la résolution  de problèmes réels et commanditées par les gens qui rencontrent ces problèmes.

L’odeur de la réussite…

Voici l’appareil servant à l’évaluation du résultat des recherches du CRDBLP sur les odeurs.

En terminant, vous êtes-vous déjà demandé si vous aviez un nez standard??? Eh bien, le CRDBLP est à la recherche de ce genre de nez. Ils ont déjà un panel de nez standards où l’on retrouve des gens chargés d’utiliser leur nez pour tester l’efficacité de certains projets de recherche. En effet, un des projets en cours est le développement d’un biofiltre servant à diminuer les odeurs des rejets des fermes porcines. Il faut donc des nez qui sentent les effluves avant et après le traitement pour en mesurer l’efficacité. Avis aux intéressés!

 

À  l’occasion, le centre de recherche ouvre ses portes à différents intervenants en agriculture  pour des visites extrêmement intéressantes et instructives. N’hésitez pas à entrer en contact avec eux pour plus de détails.

Josée

P. S. La semaine prochaine, je visiterai le Groupe Sève, un centre de recherche dédié à l’étude des végétaux.

Retour au blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trier les articles
Nouvelles
Nouvelles
+
Événements
Événements
+
Twitter
Twitter