Actualités

Blogue

18 février 2010

Capital de risque : le Québec se démarque

Auteur : Sherbrooke Innopole

L’industrie du capital de risque se porte bien au Québec, alors que les activités transactionnelles québécoises ont fait un bond de 10 % pour atteindre 431 millions de dollars en 2009. Les investissements au Canada ont plutôt reculé de 27 % pour la même période. Le capital de risque désigne le financement axé sur le démarrage et le développement des entreprises. Le Québec représente 43 % des investissements de ce type faits au Canada, qui s’élèvent à un milliard à travers le pays en 2009. « Un niveau d’investissement aussi bas n’a pas été observé au Canada depuis 1996 », fait remarquer le bilan annuel de l’industrie du capital du risque de Réseau Capital rendu public par le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE) d’après les données de la firme Thomson Reuters.

Le capital de risque en Amérique du Nord

Le recul est encore plus important aux États-Unis. De 28 milliards $US investis en 2008, ce montant est passé à 17,7 milliards $US l’an dernier, soit une baisse de 37 %. Le Québec se classe au neuvième rang à l’échelle nord-américaine, comparativement au seizième rang en 2008. C’est la Californie qui termine au premier rang avec 9,9 milliards $ investis en 2009. D’ailleurs, après avoir réduit leur présence en 2008, les investisseurs américains et étrangers ont effectué un retour en force dans le marché québécois et y ont injecté 125 millions de dollars, soit 29 % de tous les investissements en 2009.

Financement accru dans les TIC

Le secteur des technologies de l’information a été le plus financé au Québec avec des investissements de 199 millions $ dans 34 entreprises. Il est suivi du secteur traditionnel (129 millions $) et de celui des sciences de la vie (88 millions $). M. François Chaurette, co-président de Réseau Capital, explique ces données par une décennie de bonnes décisions et d’initiatives du secteur privé et public au plan de l’investissement dans les entreprises québécoises. « Depuis plusieurs décennies, on a axé sur la recherche et développement (R-D) dans nos universités et on a su développer un savoir-faire entrepreneurial qui n’est pas commun dans le reste du Canada. »

Le capital de risque en Estrie

Les entrepreneurs de l’Estrie qui cherchent du financement aux étapes de démarrage et de développement peuvent s’adresser au FIER-Fonds soutien Estrie. Ce fonds de développement, d’une capitalisation totale de 3 millions de dollars, vise à soutenir les entreprises qui répondent à des priorités de la région et qui démontrent un potentiel de viabilité et de rentabilité. Le FIER-Soutien Estrie dessert les territoires de la MRC de Coaticook, du Granit, du Haut-Saint-François, du Val Saint-François et la ville de Sherbrooke. Deux autres fonds à gestion privée, le FIER Croissance durable et le FIER Innovation durable, d’une capitalisation respective de 15 millions de dollars, aident financièrement les entreprises ayant un fort potentiel de développement et d’innovation

Pour lire l’article du journal Le Soleil

 

Retour au blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trier les articles
Nouvelles
Nouvelles

Tekna annonce la création d’une coentreprise avec la Luxembourgeoise Aperam

Lire la nouvelle

Jardi, récipiendaire du prix Maurice-Pollack pour la gestion ethnoculturelle

Lire la nouvelle

Pollution lumineuse: un chercheur du Cégep de Sherbrooke récompensé par l’Acfas

Lire la nouvelle
+
Événements
Événements
+
Twitter
Twitter