Actualités

Blogue

24 avril 2012

À la découverte des technologies propres en Scandinavie : Jours 1 et 2 – Le Danemark

Auteur : Chloé Legris

Le Danemark et la Finlande sont sans contredit deux leaders mondiaux en technologies propres.

Je suis de la délégation québécoise, organisée par Écotech Québec, actuellement en visite dans ces deux pays, et les occasions de le constater sont nombreuses.

Nous avons amorcé notre mission au Danemark, dont le gouvernement a adopté une stratégie 100 % énergie renouvelable d’ici 2050! 50 % de la production d’électricité devra alors provenir de l’énergie éolienne, en plus de compter sur la biomasse forestière et les matières résiduelles. Le pays compte néanmoins continuer de produire du pétrole et du gaz naturel pendant cette période de transition. Ces combustibles fossiles seront par la suite destinés à l’exportation seulement, de manière à faire fructifier leur richesse naturelle.

Pour absorber les surplus d’électricité qui seront générés, les véhicules électriques sont envisagés comme source de stockage nationale!

Le Danemark est considéré comme un expert des réseaux de chaleur issue des centrales alimentés par le charbon, le gaz naturel et les déchets. 60 % des résidences sont ainsi alimentées.

Par exemple, à Copenhague, la capitale du Danemark, l’usine d’incinération Amagerforbraending que nous avons visitée lundi brûle environ un demi-million de tonnes d’ordures par an, ce qui permet d’alimenter en chaleur et en électricité 120 000 résidences. Mais bientôt l’incinération ne sera plus admise et le tri à la source, peu répandu actuellement, deviendra un enjeu.

Et justement, le Québec a une belle expertise à partager dans le domaine du tri à la source, du compostage et du recyclage aux Danois!

Des forces indéniables

Le Danemark est classé en tête de liste dans le rapport Coming Clean – The Global Cleantech Innovation Index 2012, et ce n’est pas pour rien!

La consommation d’énergie du pays est restée stable malgré une augmentation significative du PIB depuis une dizaine d’années.

Une taxe sur l’énergie permet de financer les projets de technologies propres.

Copenhague entend devenir la première ville carboneutre au monde d’ici 2025.

Avant cela, soit d’ici 2015, elle vise à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20 % – elle les avait déjà réduites de 20 % entre 1995 et 2005!

Et la liste des initiatives danoises ne s’arrête pas là :

Le smart grid, ou réseau de distribution d’électricité « intelligent », est très développé.

Bref le Danemark est un leader de l’économie verte et elle se donne d’ambitieux objectifs pour y rester!

La mission en Scandinavie

Pendant cette mission québécoise sur les technologies propres en Scandinavie, je suis entourée d’investisseurs, de responsables de ces territoires au ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, de quelques entreprises ainsi que d’autres agents de développement.

Au cours de notre périple, nous évaluons l’expertise et les marchés du Danemark et de la Finlande afin de cibler des possibilités de partenariats avec nos entreprises.

Le tout est une initiative d’Écotech Québec, qui représente la grappe québécoise des technologies propres et qui a conclu des ententes de collaboration l’invitant à découvrir l’expertise de grappes d’une dizaine de pays européens.

Retour au blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trier les articles
Nouvelles
Nouvelles

Kruger inc. réduit sa production de carbone avec des camions électriques

Lire la nouvelle
+
Événements
Événements
+
Twitter
Twitter