Actualités

Blogue

Josiane Guay

17 Décembre 2014

5 conseils pour se préparer à l’Accord économique Canada-Europe

Auteur : Josiane Guay

AECG Canada-Union européenne

Après cinq ans de négociations, l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne (UE) devrait entrer en vigueur dans environ 18 mois – en voici les grandes lignes, ainsi que cinq conseils pour préparer votre entreprise à tirer profit de ce marché de 500 millions de consommateurs.

De passage à Sherbrooke dans le cadre d’un déjeuner-causerie organisé par notre partenaire CQI, le négociateur en chef du Québec, Pierre Marc Johnson, a souligné que l’ouverture du marché européen en matière de biens, de services, de capitaux et de personnes sera très favorable aux entreprises québécoises. L’augmentation de l’offre entraînera une saine concurrence qui favorisera la prospérité, en encourageant notamment l’innovation, a-t-il fait valoir.

Déjà, l’Union européenne, avec ses 28 États membres, constitue la 2e destination en importance des produits québécois – après les États-Unis, évidemment. Elle est aussi la plus grande importatrice de marchandises au monde!

L’AECG ouvrira une fenêtre d’opportunités que les entreprises canadiennes devront saisir rapidement puisque l’Union européenne et les États-Unis ont entamé les négociations d’un traité de libre-échange…

D’ailleurs, saviez-vous que plus de 50 % des exportations québécoises proviennent de PME  et que les entreprises qui exportent offrent des salaires en moyenne 14 % plus élevés?

L’AECG en bref – Canada

  • 98 % des droits de douane européens sur les produits fabriqués au Canada seront abolis dès l’entrée en vigueur
    « Nous avons actuellement moins de tarifs que l’Union européenne, donc cela favorisera nos exportations », souligne Pierre Marc Johnson.
  • L’ensemble du secteur des services bénéficiera d’un libre accès, sauf exception
    « Le secteur des services, qui représente 70 % de notre économie, sera extrêmement favorisé par l’AECG. » Le Canada et le Québec disposent d’expertises pointues et moins coûteuses, ce qui nous rend très compétitifs.
  • Les certifications européennes (ex. CE) pourront être obtenues auprès d’organismes canadiens désignés
  • Les investissements directs à l’étranger seront favorisés
    Le Canada devrait voir les investissements européens (191 milliards $ en 2013) grimper. En comparaison, le Canada, avec ses 35 millions d’habitants, en comptait 187 milliards $.
  • La mobilité des personnes sera facilitée (déplacements temporaires, permis de séjour, etc.)
  • Les fournisseurs de biens et services canadiens pourront participer aux appels d’offres publics européens

Pour vous préparer

Voici maintenant 5 pistes pour vous préparer d’ici la mise en œuvre de l’AECG, inspirées des présentations de Pierre Marc Johnson et Nicolas Martin, direction, Europe chez Export Québec :

  1. Vérifier que vos produits sont bel et bien couverts par l’abolition tarifaire – L’AECG est une brique de 1500 pages… dont 1000 d’exceptions! Renseignez-vous sur votre secteur d’activité et les exceptions qui pourraient s’appliquer.
    Si votre entreprise peut bénéficier de l’abolition des droits de douane, réfléchissez à ce que vous ferez de cette différence de prix : augmenter votre bénéfice, réduire votre prix aux distributeurs, voire votre prix de vente final, etc.
  2. Vous assurer que vos produits respectent les règles d’origine pour être reconnus Made in Canada, et donc bénéficier de l’abolition tarifaire
  3. Cibler et connaitre les marchés d’intérêt pour votre entreprise – L’Union européenne est un marché unique, mais avec des particularités régionales. Plusieurs pays européens ont par ailleurs ciblé des secteurs prioritaires pouvant vous orienter. Renseignez-vous également sur d’éventuels compétiteurs.
  4. Se renseigner sur les procédures/restrictions pour l’octroi de contrats publics européens
  5. Trouver des partenaires européens pour vous aider… ici et là-bas – Trouver un distributeur est une bonne façon de tester un nouveau marché. Ce partenaire pourra aussi vous familiariser avec le monde des affaires et la culture pour favoriser votre percée. En sol québécois, s’allier à un investisseur européen pourrait devenir une stratégie pour augmenter vos parts de marché ici-même.

Sherbrooke Innopole détient des ententes de partenariat avec Montpellier Agglomération et Medicon Village (Lund, Suède – Sciences de la vie) pouvant faciliter vos démarches pour aborder le marché européen ou trouver un distributeur. Contactez votre directeur de filière-clé pour plus d’infos : 819 821-5577 / info@sherbrooke-innopole.com

Avez-vous le profil?

Vous vous demandez si votre entreprise a le profil pour exporter en Europe? Voici quelques atouts, tels que décrits par Export Québec :

  • Expérience en exportation
  • Plan d’affaires structuré à l’international
  • Stable financièrement
  • Capacité à répondre dans un délai raisonnable aux commandes
  • Capacité à offrir un service après-vente ajusté – Attention… décalage horaire à l’horizon!
  • Développement de la documentation appropriée (expédition, étiquetage dans 24 langues officielles, etc.)

Vous souhaitez en connaitre davantage sur l’AECG?

En complément : Reportage dans La Tribune

 

Image : Designed by Freepik (1) (2)

Retour au blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trier les articles
Nouvelles
Nouvelles
+
Événements
Événements
+
Twitter
Twitter