Actualités

Blogue

Laurie Dugas

11 septembre 2018

4 conseils pour garder le cap dans votre projet d’entreprise

Auteur : Laurie Dugas

Traverser le Canada à vélo, c’est toute une aventure. Se lancer en affaires aussi : il y a des Rocheuses à surmonter, des Prairies à attaquer avec ténacité et des Grands Lacs à zigzaguer! Les parallèles n’ont pas manqué dans la conférence de l’avocat d’affaires (et sportif philanthrope!) Stéphane Reynolds, à l’occasion d’un 5@7 organisé par Sherbrooke Innopole, afin de reconnaître l’important travail des mentors de sa cellule de mentorat pour entrepreneurs.

» Voir toutes les photos

Reynolds a roulé le Canada à l’été 2018, un défi qu’il s’était lancé 10 ans plus tôt afin d’amasser des fonds pour deux organismes estriens qui lui tiennent à cœur : Autisme Estrie et La Maison Aube-Lumière.

Voici ses conseils, sur la route du succès!

  1. Surmonter les difficultés

Dans la vie, on peut se retrouver face à plusieurs injustices – sur lesquelles nous n’avons par ailleurs pas toujours le contrôle. Lors de sa traversée, Stéphane Reynolds s’emportait contre le vent quand il soufflait de côté. Il ne l’aidait pas, ne le ralentissait pas, mais le déséquilibrait : c’était injuste. Mais M. Reynolds a vite pris conscience que ça ne servait à rien de se fâcher contre une entité telle que le vent, sur laquelle il n’avait absolument aucun pouvoir. Il a comparé cette difficulté au défi de se lancer en affaires : plusieurs éléments peuvent mettre des bâtons dans les roues de notre plan d’affaires. Le secret n’est certainement pas de s’apitoyer sur son sort; il faut penser de façon positive. En se battant contre le vent, M. Reynolds pensait à quel point il était privilégié de faire du vélo. Il avait des pensées pour tous ceux et celles qui l’appuyaient dans son défi sportif.

  1. Accepter les imprévus

Stéphane Reynolds a donné plusieurs exemples d’imprévus qui sont survenus lors de son voyage à vélo. Il a compris que même si les situations inattendues peuvent déstabiliser, elles peuvent s’avérer positives. Le conférencier a donné l’exemple d’une petite ville où il a dû séjourner une nuit et qui est devenue, pour lui, la ville parfaite pour les cyclistes. Cette petite ville n’était pas sur son itinéraire de départ, mais les circonstances (un bris d’équipement) lui ont permis de la découvrir. Les imprévus surviennent aussi fréquemment en entreprise et il faut garder en tête qu’ils surviennent parfois pour le mieux. Il ne faut pas les refuser, car ces changements de cap sont parfois la meilleure chose qui puisse arriver.

  1. Se féliciter de nos succès

Ayant amorcé son voyage philanthropique seul, M. Reynolds a plus tard été rejoint par un partenaire. Chaque soir, ils se félicitaient l’un et l’autre et s’encourageaient. Lorsqu’il était seul, le cycliste ne reproduisait pas ce rituel et il a vite réalisé que la petite tape dans le dos lui était très bénéfique et lui manquait. C’est pourquoi il a décidé de se féliciter tous les soirs, même lorsqu’il n’avait pas parcouru le nombre de kilomètres souhaités. Le parallèle avec la vie d’entrepreneur se fait facilement : les entrepreneurs se félicitent rarement (ou pas longtemps) de leurs succès, alors qu’ils se punissent de leurs échecs pendant des semaines. Selon l’avocat de formation, nos succès devraient occuper davantage nos pensées que nos échecs.

  1. S’inspirer du courage des autres

Un exploit sportif tel que traverser le Canada à vélo a bien entendu été un défi éprouvant, autant physiquement que psychologiquement. À plusieurs moments, M. Reynolds a voulu abandonner. Pendant ces heures sombres, ses pensées allaient à tous ces gens qui souhaiteraient tant être à sa place. Aux patients en fin de vie à La Maison-Aube-Lumière, qui donneraient tout pour faire une dernière balade à vélo. Aux courageux parents d’enfants autistes, qui relèvent des défis inimaginables continuellement. Un jour, le sportif philanthrope a d’ailleurs reçu un coup de fil d’Autisme Estrie, expliquant que le petit Thomas vivait des moments très difficiles. Cette journée-là, Stéphane Reynolds a roulé pour le petit Thomas. Le jeune autiste lui a donné le courage de continuer.

C’est une bonne leçon pour tout être humain de penser aux autres et d’être reconnaissant de ce qu’ils ont. Et comme M. Reynold l’a fait avec les causes lui tenant à cœur, c’est également important en entrepreneuriat de bien s’ancrer et de se rappeler les raisons qui nous ont menés où nous sommes. Qui plus est, avoir un modèle (pourquoi pas un mentor ????) peut toujours être une avenue intéressante pour trouver l’inspiration et la motivation de relever les défis.

Traverser le Canada à vélo, tout comme se lancer en affaires, peut s’avérer des défis difficiles. Mais armé de force et de volonté, on peut tout réussir. Stéphane Reynolds, qui ne se considère pas du tout comme un sportif, en est la preuve. Comme il le dit si bien, avec du courage et de la préparation, tout le monde peut surmonter n’importe quel défi. M. Reynolds continue d’amasser des fonds pour la Maison Aube-Lumière et Autisme Estrie. Pour l’encourager dans sa démarche, vous pouvez faire un don via 8888km.org.

» Communiqué de presse du 5@7

Retour au blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trier les articles
Nouvelles
Nouvelles

Espace TI par Sherbrooke Innopole – Nouvel espace de travail partagé pour les entreprises en technologies de l’information à Sherbrooke

Lire la nouvelle

De l’aide gratuite pour recruter un stagiaire de l’Université de Sherbrooke

Lire la nouvelle
+
Événements
Événements
+
Twitter
Twitter