Carrefour de l'information
Blogue


Rendez-vous des transports et Movin’On | Un virage inévitable


Maude M. Sévigny aucun commentaire



Au Québec, l’industrie du transport terrestre compte environ 650 entreprises et plus de 31 000 emplois directs. Le transport est également responsable de 41 % des émissions de GES de la province. Avec l’urbanisation, la congestion routière qui s’accentue, la quête constante vers une meilleure qualité de vie et un gain de temps… le transport est au cœur de nos préoccupations. Ce n’est pas seulement les technologies de transport qui sont repensées; un paradigme entier est en train d’être renversé.

C’est dans cet esprit que s’est déroulé le sommet Movin’On les 13, 14 et 15 juin 2017 à Montréal. Dans le cadre de cet événement créatif, le Pôle d’excellence Québécois en transport Terrestre a organisé le Rendez-vous des Transports (RVT) sous le thème « Branchez-vous au monde! ». Deux directrices de services aux entreprises de Sherbrooke Innopole y ont participé, Nathalie Prince, de la filière Industrie manufacturière et fabrication de pointe, qui a été panéliste lors de l’événement, et Myriam Bélisle, de la filière Technologies propres.

Cet événement d’envergure sur la mobilité durable et intégrée proposait des conférences et expériences collaboratives dans l’optique de repenser les enjeux de mobilité et d’en étudier les solutions. Les participants étaient principalement des entreprises liées au secteur de la mobilité, (entreprises établies et start-ups), des fournisseurs, des représentants de ville et autres spécialistes du véhicule innovant. Le mobipode sherbrookois Geebee était de la partie sur la plateforme d’essai, aux côtés de géants comme Tesla et autres véhicules terrestres et même nautiques.

 

La trajectoire du rêve au projet  – Myriam Bélisle

« L’industrie du transport a déjà été considérée comme conservatrice, mais nous vivons maintenant une grande transformation, expose Myriam Bélisle. Et le stade du rêve est dépassé, on a maintenant besoin de leaders qui y croient pour rallier les autres et accélérer le changement. »

La directrice de la filière des technologies propres partage ses moments forts du sommet Movin’On :

  1. Démonstration du pneu Visionary de Michelin : un pneu inspiré par le biomimétisme du corail avec des alvéoles qui laissent passer l’eau et la neige. Fabriqué par l’impression 3D de bioplastique, le pneu biodégradable et recyclable peut s’adapter à tout type de conduite. Son arrivée dans le marché, même si ce n’est pas pour demain, chamboulera les modèles d’affaires de l’industrie du pneu.
  2. Conférence de Bertrand Picard, Solar Impulse : Solar Impulse est un avion solaire qui a fait le tour du monde entièrement à l’énergie, sans essence! M. Picard y est allé de quelques conseils pour la réalisation des rêves les plus fous :
    • Croire et mener le rêve jusqu’au bout : rien n’est impossible tant qu’il est prouvé que c’est possible;
    • Regrouper des gens très différents sur un même projet pour combiner les visions, se remettre en question et ainsi créer une synergie puissante;
    • Éviter de créer des partenariats avec des gens dans le même créneau et oser aller à l’extérieur du système pour innover, ainsi les partenaires risqueront moins en participant au projet;
    • S’élever pour trouver le bon vent, celui qui poussera vers le succès. Picard, aussi pilote de montgolfière, faisait un ingénieux parallèle : “We need to change altitude to change direction.”
  3. Conférence de Rob Lloyd, Directeur général d’Hyperloop One : Hyperloop est une capsule de transport de marchandise et d’humains qui, envoyée dans un tube à basse pression, peut atteindre une vitesse exceptionnelle en peu de temps. Pour l’instant, des tests sont en cours à travers le monde. Au Canada, un projet est en discussion pour un Hyperloop qui connecterait Montréal et Toronto en 39 minutes, une véritable révolution dans le monde des transports! L’équipe s’est formée dans un garage en 2014 et le projet a grandi assez rapidement pour qu’en 2017, il s’agisse déjà de la 9e version. Les conseils de Lloyd? Les phases de design, de tests et de construction doivent être enchainées rapidement.

« Nous sommes dans une ère où vendre les technologies n’est plus de première importance. Pour se positionner, il faut vendre l’intangible », complète Mme Bélisle. Pensons uniquement à Geebee, entre autres, qui s’assume comme étant « Ergonomique, fun, sécuritaire et accessible ». Hyperloop est dans le même esprit avec son slogan : « We don’t sell transportation, we sell time ».

 Le marché de la mobilité en transformation – Nathalie Prince

À son tour, la directrice de la filière Industrie manufacturière et fabrication de pointe, Nathalie Prince, partage les points saillants de l’événement avec ses lunettes du secteur manufacturier.

« Les manufacturiers automobiles, qui ont jusqu’à ce jour opéré dans un marché constamment en croissance outre certaines périodes d’instabilité économique, vont entrer dans un contexte de marché en transformation », explique Nathalie Prince. Elle rapporte que plusieurs acteurs de l’industrie présents au sommet prévoient en effet une décroissance des ventes de véhicules automobiles. Une part grandissante des acheteurs d’automobiles se tournera vers l’autopartage, vers les divers services de taxis (taxis solo, taxis bus), vers le transport en commun, vers la mobilité active ou même une combinaison de ces modes de transport pour un même déplacement.

Comme mentionnait lors de l’événement le directeur des services de mobilité de PSA Group, Grégoire Olivier, cette décroissance sera plutôt lente considérant que les modes de mobilité alternative et leur inter-connectivité doivent être améliorés pour que les usagers délaissent l’automobile. Guillaume Gérondeau, directeur principal des Transports et mobilité Asie de Dassault Systèmes, abondait dans le même sens en parlant des transports en commun.  Selon lui, « voiture = départ où nous sommes vers où nous voulons aller, alors que présentement, transport en commun = départ d’où nous ne sommes pas vers où nous ne voulons pas aller ».  Il faut donc que les services de mobilité soient plus importants et plus performants pour que les usagers délaissent leur voiture.

Plus que jamais, les fabricants gagnent à mettre en lumière l’expérience et pas uniquement la technologie. Les villes et les gouvernements sont aussi appelés à s’impliquer, ils ont le devoir d’adopter une position de leaders de changement en laissant de côté certaines normes trop restrictives et en s’impliquant dans des infrastructures adaptées pour soutenir le développement des autres moyens de mobilité que celui de la voiture solo, ainsi que pour faire le virage vers des carburants plus propres.

Portrait du transport en Estrie – Faits saillants du panel compétitivité et exportation

Panel Compétitivité et exportation : Nathalie Prince, Shebrooke Innopole, aux côtés de Julie Éthier, Développement économique de l’agglomération de Longueuil, Joël Bourque, Développement économique La Pocatière, Patrick St-Laurent, Développement industriel Granby et région, Alexandre Cusson, Ville de Drummondville et François Vaillancourt, Ville de St-Jean-sur-Richelieu

Au Québec, l’Estrie occupe une place importante dans l’industrie du transport avec 117 entreprises et près de 10 000 emplois. Cet industrie en Estrie est assez diversifiée, elle se démarque particulièrement dans le secteur des véhicules récréatifs motorisés.  Au Québec, l’industrie des véhicules récréatifs compte quelques 110 entreprises et plus de 5 100 emplois directs; 61 % d’entre eux se situent en Estrie.

Évidemment, la présence en Estrie de BRP – Bombardier Produits Récréatifs Inc. explique cette concentration de l’activité chez nous. La multinationale, leader de son industrie, emploie 8 700 personnes, dont 2500 au Québec (2 200 en Estrie). L’Estrie accueille d’ailleurs son siège social, une usine, son centre de design et d’innovation, un bureau régional ainsi que son centre de Technologies avancées.  Plusieurs sous-traitants complètent la chaîne de valeurs de cette industrie dont Métosak, Exo-S et bien d’autres.

C’est en grande partie dans le domaine de l’étanchéité que la région s’est taillé une place dans le secteur automobile, notamment avec d’importants tiers 1 comme : Waterville TG, Cooper Standard ainsi que des tiers 2 tels M.I. Intégration, FSM Canada, ACP Canada, Milan Conception,  Atelier CFM et SECM – GT. De plus, l’Estrie compte des entreprises qui approvisionnent les donneurs d’ordres avec d’autres composantes, comme Verbom qui alimente notamment Tesla et BMW avec des pièces en aluminium thermoformées. On compte aussi des entreprises dans le secteur du transport en commun tel que Merkur et Composite BHS qui fabriquent entre autres des pièces de métro. La présence de TLD Canada, une filiale française spécialisée dans la conception et la fabrication d’équipements aéroportuaires (chargeurs et tracteurs d’avions notamment) caractérise également le profil de l’industrie du transport terrestre en Estrie auquel s’ajoutent de nombreux sous-traitants comme Dalkotech et Ateliers B.G.

L’Estrie occupe une place de choix dans l’électrification des transports, plus particulièrement au niveau des véhicules hors route.  Outre TLD et BRP qui travaillent sur le développement de modèles électriques de leurs produits, l’Estrie bénéficie de la présence de Motrec, un important manufacturier de véhicules électriques hors route pour multiples usages.

La présence de nombreux centres de recherche vient soutenir le développement de cette filière : Centre de technologie avancée – BRP – Université de Sherbrooke, le GAUS, le laboratoire intelligence véhiculaire – LIV, pour ne nommer qu’eux.

Source : Sherbrooke Innopole
Crédits photos : Sherbrooke Innopole, Motrec