Actualités

Nouvelles

17 mai 2012

L’Université de Sherbrooke contribue à une découverte majeure sur le diabète

Une équipe internationale de chercheurs, dont fait partie la Dre Marie-France Hivert, professeure à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, a identifié les principaux gènes associés à la résistance à l’insuline.
Cette percée est d’autant plus intéressante que « depuis le début des analyses à travers le génome, nous avions surtout découvert des variations reliées à la capacité à sécréter l’insuline, mais très peu de variations associées à la résistance à l’insuline, qui est une composante majeure du diabète de type 2 », souligne Marie-France Hivert, co-auteure de cette étude d’envergure, qui vient d’être publiée dans la revue scientifique Nature Genetics.
En combinant les analyses génétiques de plus de 90 000 personnes à travers l’Amérique du Nord et l’Europe, le groupe de chercheurs formant le Meta-Analyses of Glucose and Insulin-related traits Consortium (MAGIC) a découvert notamment six gènes reliés à la résistance à l’insuline.
L’équipe de chercheurs a également démontré que l’équation entre la prédisposition génétique et le diabète n’est pas directe, mais qu’elle est fortement influencée par le surpoids. À l’inverse, un individu prédisposé génétiquement au diabète peut réduire son risque de développer la maladie en changeant ses habitudes de vie.
Au Québec, 760 000 personnes sont diabétiques, 90 % d’entre elles souffrent du diabète de type 2.
Source : Université de Sherbrooke et La Tribune
Crédit photo : Robert Dumont
 

Retour aux nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Trier les nouvelles
Blogue
Blogue

Développer le potentiel des employés… et de l’entreprise !

Lire l'article
+
Événements
Événements

Journées de développement professionnel | Intelligence d’affaires et Intelligence artificielle

Voir l'événement
+
Twitter
Twitter