Carrefour de l'information
nouvelles


Une équipe de l’UdeS découvre un nouveau type de protéines


aucun commentaire



Une équipe de recherche de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke a détecté de nouvelles protéines : les protéines alternatives.

Cette découverte majeure ébranle un des principes de la biologie cellulaire selon lequel un gène mène à la production d’une seule protéine, appelée protéine de référence.

De façon pratique, cette percée ouvre la voie à une meilleure compréhension des maladies et de leurs causes – les maladies sont généralement causées par un dérèglement d’une ou de plusieurs protéines-clés.

2293733000-dsc_8252_roucou_xavier_equipe_article_

Xavier Roucou, professeur, Benoît Vanderperre, doctorant, Julie Motard, professionnelle de recherche, Cyntia Bissonnette, doctorante, Danny Bergeron, étudiant à la maîtrise,
et Guillaume Tremblay, professionnel de recherche.
Absentes : Catherine Lapointe et Solène Vanderperre

Les travaux menés dans le laboratoire de Xavier Roucou, chercheur au Centre de recherche clinique Étienne-Le Bel du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, montrent que l’information transmise par les gènes via l’ARN messagers (ARNm) jusqu’aux ribosomes peut être décodée de plusieurs façons par ces derniers. Résultat : à partir d’un seul ARNm, plusieurs protéines distinctes, avec diverses fonctions, peuvent être produites.

Des retombées pour une première maladie

Les protéines alternatives offrent ainsi de nouvelles pistes de recherche pour de nombreuses pathologies.

L’équipe sherbrookoise a d’ailleurs déjà identifié qu’une protéine alternative était impliquée dans le développement de l’ataxie spinocérébelleuse de type 1, une maladie neurodégénérative touchant 5 personnes sur 100 000.

Source : Université de Sherbrooke
Crédit photo : Robert Dumont